pronostic formule 1

SAISON 2019 – FORMULE 1

SAISON 2019 – FORMULE 1
5 (100%) 3 vote[s]

SAISON 2019 – FORMULE 1 : Sommaire

SAISON 2019 – FORMULE 1: Du mouvement dans le paddock

Nom complet : Alfa Romeo Racing
Base : Hinwil, Suisse
Directeur d’équipe : Frédéric Vasseur
Directeur technique : Simone Resta
Châssis : Alfa Romeo C38
Moteur : Ferrari
Pilotes : Kimi Raïkkönen et Antonio Giovinazzi

Alfa Romeo Sauber a changé de nom pendant l’intersaison et sera désormais connu comme étant Alfa Romeo Racing. Ce n’est pas le seul changement qu’a connu l’écurie puisqu’elle dispose d’un tout nouveau duo de pilote. En effet, Charles Leclerc partie du côté de Ferrari est ainsi remplacer par l’ancien champion du monde Kimi Räikkönen pour un retour à ses origines là où il a débuté sa carrière en Formule 1. Alfa Romeo comptera principalement sur l’expérience du pilote finlandais cette saison pour continuer à progresser et faire quelques coups à l’image du monégasque la saison dernière. Inversement des rôles entre les deux par rapport à la fin de saison dernière, Ericsson a perdu sa place de second pilote au profit de l’italien Giovinazzi qui était pilote essayeur. A l’image de Kimi, c’est également un retour au “source” pour Antonio qui a disputé 2 Grand Prix chez Sauber en 2017 (remplacement de Wehrlein).

Nom complet : Scuderia Ferrari Mission Winnow
Base : Marenello, Italie
Directeur d’équipe : Mattia Binotto
Directeur technique : (à confirmer)
Châssis : Ferrari SF90
Moteur : Ferrari
Pilotes : Sebastian Vettel et Charles Leclerc

Impossible de dissocier le nom Ferrari de la Formule 1. Elle fait tout simplement partie du patrimoine historique (présente depuis 1950) et est l’écurie qui possède le plus de titre pilote (15) et constructeur (16). Elle était probablement aussi forte voir plus que Mercedes la saison dernière, mais a réussi à passer à côté des deux titres à cause d’erreurs tactiques ou bien encore du pilote, Sebastian Vettel. Cette dernière saison ratée est à l’origine de l’éviction du directeur d’équipe Maurizio Arrivabene qui est remplacé par Mattia Binotto (ancien directeur technique). Ce changement a pour objectif de renouer avec les sommets (dernier titre constructeur en 2018 et pilote 2017 avec Räikkönen) et il s’accompagne d’une augmentation significative du budget ainsi que de l’arrivée de la révélation de la saison dernière, Charles Leclerc qui semble être au meilleur endroit possible pour continuer à apprendre et progresser. 

Nom complet : Rich Energy Haas F1 Team
Base : Kannapolis, Etats-Unis
Directeur d’équipe : Guenther Steiner
Directeur technique : Rob Taylor
Châssis : Haas VF-19
Moteur : Ferrari
Pilotes : Romain Grosjean et Kevin Magnussen

Haas est une institution du sport automobile de l’autre côté de l’Atlantique (notamment en NASCAR), mais c’est une écurie très jeune en F1. Elle entamera cette année sa 4ème saison avec pour objectif de continuer à progresser (venir titiller Red Bull d’après les dires du Directeur d’équipe) comme elle le fait chaque saison depuis son arrivée (29 points en 2016, 47 en 2017 et 93 en 2018). L’écurie mise sur la continuité en reconduisant son duo de pilote pour la 3ème saison consécutive. Romain Grosjean présent depuis l’origine du projet aura à coeur de faire mieux que la saison dernière où il a été dominé par son coéquipier. 

Nom complet : McLaren F1 Team
Base : Woking, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Zak Brown
Directeur technique : Gil de Ferran
Châssis : McLaren MCL34
Moteur : Renault
Pilotes : Carlos Sainz Jr et Lando Norris

Probablement l’une des écuries les plus populaires, elle fait aussi partie à l’image de Ferrari de l’histoire de la Formule 1. Elle a connu récemment une période délicate étant tombé très bas en 2017 (9ème du classement constructeur), mais McLaren a repris des couleurs la saison dernière (6ème) notamment grâce à l’aide de Fernando Alonso qui a obtenu à lui seul 80% des points de l’écurie en 2018 (50 sur 62). Le duo de pilote de l’écurie cette saison sera tout simplement le plus jeune du plateau. Carlos Sainz (24) succède à son compatriote tandis que le second baquet sera occupé par le rookie anglais, Lando Norris (19 ans). Le jeune britannique a brillé la saison dernière en Formule 2 (vice-champion) et il a eu l’occasion de participer aux 24 heures de Daytona au côté de Fernando Alonso.

Nom complet : Mercedes-AMG Petronas Motorsport
Base : Brackley, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Toto Wolff
Directeur technique : James Allison
Châssis : Mercedes W10 EQ Power+
Moteur : Mercedes
Pilotes : Lewis Hamilton et Valtteri Bottas

Que dire de Mercedes ? Si ce n’est que c’est LA grande écurie des dernières saisons. De retour en 2010 après 55 ans d’absence en tant que constructeur, elle a mis le nécessaire en place pour avancer sur le devant de la scène et c’est une grande réussite. Mercedes a ainsi réussi à obtenir les 5 derniers titres constructeurs et aura pour objectif d’atteindre la marque record de Ferrari de 6 consécutifs (1999-2004). Dans le même temps, l’écurie rafle le même nombre de titre en pilote. Lewis Hamilton en a ainsi remporté 4 (2014/2015/2017/2018), seul Nico Rosberg son équipier a réussi à venir semer le trouble dans sa domination lors de la saison 2016.

Nom complet : SportPesa Racing Point F1 Team
Base : Silverstone, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Otmar Szafnauer
Directeur technique : Andrew Green
Châssis : Racing Point RP19
Moteur : Mercedes
Pilotes : Sergio Pérez et Lance Stroll

Le propriétaire de Force India s’écroulant sous les dettes à du se contraindre à vendre l’écurie en milieu de saison dernière à un consortium canadien mené par Lawrence Stroll (père du pilote Lance) qui a renommé l’écurie Racing Point. Il faut maintenant repartir de la base et tout reconstruire pour l’écurie qui avait réussi à atteindre le 4ème rang constructeur en 2016 et 2017. Sergio Pérez a conservé sa place de pilote numéro 1, mais le français Esteban Ocon a fait les frais de ce changement de propriétaire. En effet, c’est le fils de l’homme à la tête du consortium à l’origine du rachat qui vient prendre sa place, Lance Stroll. Le jeune canadien de 20 ans aura fort à faire et il devra faire oublier sa saison dernière difficile (6 points) bien qu’au sein d’une écurie peu compétitive.

Nom complet : Aston Martin Red Bull Racing
Base : Milton Keynes, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Christian Horner
Directeur technique : Pierre Waché
Châssis : Red Bull RB15
Moteur : Honda
Pilotes : Max Verstappen et Pierre Gasly

La saison 2019 signe le début d’une nouvelle ère chez Red Bull. L’écurie change de motoriste après 12 ans de collaboration avec Renault et travaillera désormais avec Honda qui a vécu des dernières années difficiles en compagnie de l’écurie McLaren. Le changement viendra également du côté pilote puisque le contester Verstappen prendra la place de numéro 1 à Ricciardo partie rejoindre l’écurie Renault. Le pilote numéro 2 pour la saison à venir sera le français Pierre Gasly qui passe à l’échelon supérieur après une saison d’apprentissage chez Toro Rosso, L’objectif de cette année est claire réussir à rester numéro 3 dans la hiérarchie tout en s’approchant le plus possible de Mercedes et Ferrari. 

Nom complet : Renault F1 Team
Base : Enstone, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Cyril Abiteboul
Directeur technique : Nick Chester
Châssis : Renault R.S. 19
Moteur : Renault
Pilotes : Nico Hülkenberg et Daniel Ricciardo

Renault arrive cette saison des ambitions importantes. L’écurie a en tête de venir challenger Red Bull dans la quête de la 3ème place de la hiérarchie et venir chercher le maximum de podium, elle qui a buté la saison dernière sur la 5ème place. L’écurie ne lésine pas sur les moyens pour atteindre ses buts entre le travail en amont sur le véhicule et tout simplement ce qui est la plus grosse recrue de la saison en F1 avec Daniel Riccardo. Renault pourra sans doute remercier Carlos Ghosn d’avoir sortie le chéquier pendant qu’il le pouvait encore, Il a lui-même validé le recrutement du pilote et de son contrait à hauteur de 15 millions par saison jusqu’en 2020 ce qui fait de l’australien le 3ème pilote le mieux payer. On retrouvera à ses côtes l’allemand déjà présent depuis deux ans chez Renault, Nico Hülkenberg.

Nom complet : Red Bull Toro Rosso Honda
Base : Faenza, Italie
Directeur d’équipe : Franz Tost
Directeur technique : Jody Egginton
Châssis : Toro Rosso STR14
Moteur : Honda
Pilotes : Daniil Kvyat et Alexander Albon

La petite soeur de Red Bull sort d’une saison très difficile avec une 9ème place au classement constructeur où elle a servi de laboratoire grandeur nature à l’écurie principal sur le sujet de la motorisation avec Honda. Elle est l’écurie ayant récolté le plus de pénalités sur la grille en 2018. Avec plus de temps de préparation pour cette saison, Toro Rosso semble avoir une monoplace mieux en place que la saison précédente et la direction espère évidemment obtenir des résultats supérieurs. Il reste néanmoins un questionnement de taille concernant les capacités des deux pilotes pour permettre à l’écurie d’atteindre ses objectifs bien que son but premier reste de dénicher et former les jeunes pépites de demain (Verstappen et Gasly, les deux pilotes titulaires pour la saison chez Red Bull ont fait une saison chez Toro Rosso avant de monter à l’échelon supérieur). Le pilote russe Daniil Kvyat qui n’a pas réussi à convaincre lors de son passage chez Red Bull en 2015 fait son retour en F1 après une année d’absence, est-ce qu’il saura saisir cette nouvelle opportunité ? On retrouvera à ses côtés un rookie, Alexander Albon, qui sera le premier pilote thailandais depuis 1954 et Prince Bira. Il a terminé l’année dernière à la 3ème place du championnat en Formule 2 juste derrière un autre petit nouveau de cette saison en F1, Lando Norris.

Nom complet : Rokit Williams Racing
Base : Grove, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Frank Williams
Directeur technique : 
Châssis : Williams FW42
Moteur : Mercedes
Pilotes : Robert Kubica et George Russell

Williams, l’une des écuries historiques de la F1 est depuis quelques années en difficulté (dernière victoire en 2012) et sort de la pire saison de son histoire avec une dernière place au classement avec seulement sept petits points au compteur. Il semble difficile de faire pire même si tout cela ne démarre pas sous les meilleurs hospices avec deux journées d’essais manquées à Barcelone et un directeur technique qui vient de quitter le navire une dizaine de jours avant le premier Grand Prix de la saison. Il y aura fort à faire pour les deux nouveaux pilotes de l’écurie, plus de Stroll ni de Siortkin, mais place à l’expérience de Robert Kubica qui fait son retour en F1 comme titulaire 8 ans après son dernier Grand Prix à Abu Dhabi (14 novembre 2010). Il a été victime en février 2011 d’un grave accident sur un rallye, victime de traumatismes multiples, notamment à la main et à la jambe. Après une opération de sept heures destinée à soigner deux fractures du bras droit et à revasculariser sa main écrasée lors de son accident, Robert Kubica est placé en coma artificiel afin que son corps puisse récupérer de l’opération et du choc. Les médecins jugent son état sérieux et déclarent que de nouvelles opérations seront nécessaires, mais avec l’incertitude qu’il pourra récupérer le plein usage de sa main droite, les lésions nerveuses étant très importantes. C’est exceptionnel de le voir réussir à faire son retour en F1, en effet, le polonais a toujours d’importantes séquelles au bras droit et sa monoplace doit être adaptée. Il existe des grandes questions notamment concernant ses capacités à tenir physiquement sur la durée d’un Grand Prix. Dans le cas où il ne serait pas capable d’apporter beaucoup sur les circuits à Williams, il sera sans aucun doute capable d’apporter beaucoup à son coéquipier. George Russell est l’un des trois rookies de la saison qui s’est déjà illustré dans d’autre catégorie, champion du monde GP3 en 2017 puis champion du monde en Formule 2 l’année dernière. Il fait partie du programme jeunes pilotes de Mercedes depuis 2 ans et Toto Wolff voit en lui une future star de la Formule 1.

SAISON 2019 – FORMULE 1: Evolution du règlement

Au niveau sportif, on observe le retour d’une règle qui a été utilisée pour la dernière fois en 1959. Le pilote ayant réalisé le meilleur tour en course se voit accorder un point bonus, à condition qu’il soit classé parmi les dix premiers Ce point est également attribué au constructeur.

“Nous avons envisagé cette solution pendant de nombreux mois. Elle constitue une réponse aux études détaillées menées auprès de milliers de fans à travers le monde. Combien de fois avons-nous entendu les pilotes à la radio demander qui détenait le meilleur tour en course ? Désormais, ce ne sera plus une question de record et de prestige, mais ce sera une motivation concrète qui rendra la dernière partie de la course encore plus intéressante. Il est parfois utile de se souvenir de l’héritage de notre sport pour aller de l’avant.” Ross Brawn, directeur sportif et technique de la F1

Il y a également eu quelques modifications du côté technique. En effet, le département sportif de la Formule 1 a adopté plusieurs solutions aérodynamiques au niveau des ailerons avant et arrière afin de rediriger les flux d’air. L’objectif est de limiter les perturbations que subissent les pilotes derrières une autre monoplace afin de leur permettre de se suivre et donc de s’attaquer plus facilement. 

Le poids des monoplaces passe de 733kg à 740kg, pilote compris. L’une des nouveautés est que l’ensemble du pilote avec le baquet doit désormais faire un minimum de 80kg, des lests seront ajoutés pour les plus légers. L’objectif est de mettre fin au désavantage des pilotes plus massif, en effet, jusqu’à maintenant un pilote plus léger permettait à son équipe de placer des lests à des endroits stratégiques pour améliorer la répartition du poids. La seconde évolution concerne le carburant autorisée en course qui passe de 105 à 110kg qui doit permettre aux pilotes d’être moins sur l’économie et ainsi d’être plus agressif au long d’un Grand Prix. Il est néanmoins possible que les écuries n’utilisent pas cette quantité supplémentaire puisque préserver du carburant pourrait faire perdre moins de temps que de prendre le départ avec une voiture plus lourde.

 

SAISON 2019 – FORMULE 1: Calendrier de la saison

Date Grand Prix Lieu Vainqueur 2018 Ecurie
17 Mars
Grand Prix d'Australie
Melbourne
Sebastian Vettel
Ferrari
31 Mars
Grand Prix de Bahreïn
Sakhir
Sebastian Vettel
Ferrari
14 Avril
Grand Prix de Chine
Shangai
Daniel Ricciardo
Red Bull - TAG Heuer
28 Avril
Grand Prix d'Azerbaïdjan
Bakou
Lewis Hamilton
Mercedes
12 Mai
Grand Prix d'Espagne
Barcelone
Lewis Hamilton
Mercedes
26 Mai
Grand Prix de Monaco
Monaco
Daniel Ricciardo
Red Bull - TAG Heuer
9 Juin
Grand Prix du Canada
Montréal
Lewis Hamilton
Mercedes
23 Juin
Grand Prix de France
Le Castellet
Lewis Hamilton
Mercedes
30 Juin
Grand Prix d'Autriche
Spielberg
Max Verstappen
Red Bull - TAG Heuer
14 Juillet
Grand Prix de Grande-Bretagne
Silverstone
Sebastian Vettel
Ferrari
28 Juillet
Grand Prix d'Allemagne
Hockenheim
Lewis Hamilton
Mercedes
4 Août
Grand Prix de Hongrie
Budapest
Sebastian Vettel
Ferrari
1er Septembre
Grand Prix de Belgique
Spa-Francorchamps
Sebastian Vettel
Ferrari
8 Septembre
Grand Prix d'Italie
Monza
Lewis Hamilton
Mercedes
22 Septembre
Grand Prix de Singapour
Singapour
Lewis Hamilton
Mercedes
29 Septembre
Grand Prix de Russie
Sotchi
Lewis Hamilton
Mercedes
13 Octobre
Grand Prix du Japon
Suzuka
Lewis Hamilton
Mercedes
27 Octobre
Grand Prix du Mexique
Mexico
Max Verstappen
Red Bull-TAG Heuer
3 Novembre
Grand Prix des États-Unis
Austin
Kimi Räikkönen
Ferrari
17 Novembre
Grand Prix du Brésil
São Paulo
Lewis Hamilton
Mercedes
1er Décembre
Grand Prix d'Abou Dabi
Yas Marina
Valtteri Bottas
Mercedes

SAISON 2019 – FORMULE 1: Nos Paris Long Terme

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Me notifier des
id Donec dolor. Phasellus dapibus neque. sit efficitur. ante.