Pronostic Etape 1 Vuelta 2019

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Un chrono plat par équipe pour hommes puissants puisque peu technique : FULL GAS du départ à l’arrivée. Avec seulement 13.4km, il ne faut pas s’attendre à des écarts énormes d’autant que les conditions climatiques seront les mêmes pour toutes les équipes.

On dira que le parcours est faussement plat :quelques faux plats dans les 8 premiers kilomètres dont le plus complexe situé entre le km 3.2 et le km5.5). 106m de dénivelé positif mais rien de bien méchants pour déstabiliser les différentes équipes et les relais de chacun où les plus gros moteurs seront mis à contribution.

Parier le vainqueur est-ce pertinent ?

L’effectif le plus homogène en cohésion et en gros rouleur devrait à logique s’imposer. Ce n’est donc pas pour rien que, malgré l’absence du gros rouleur compresseur Wout Van Aert qui a porté son équipe sur le TTT du Tour de France, la Jumbo-Visma part large favorite. Roglic, Tony Martin, Powless autant de gros rouleurs qui devraient faire péter les watts auquel on peut ajouter Kruisjwijk et Gesink qui se sont bonifiés avec le temps dans l’exercice chronométré. L’équipe fait 66kg42 de moyenne pour 1m82 moyen. Le constat qu’on peut en tirer, c’est que l’équipe est d’avantage tournée vers la montagne avec des poids plus légers. Pour rappel sur le Tour, la Jumbo était composée en moyenne de coureurs de 1m83 pour 71kg25 en moyenne. Ce qui est logique, l’équipe de la Vuelta étant entièrement batie autour de ses grimpeurs. Non comme au Tour où les gros gabarits étaient présents aussi pour Groenewegen. La Jumbo ressemble à l’équipe à battre cette année. Voire même celle qui est favorite pour le mondial tant elle a dominé la matière : vainqueur sur ceux du Tour de France par une marge de 20″ (27.6km) et de l’UAE avec 7″ d’avance (16km) et 2e de celui du Tirreno-Adriatico à 7″ de la gagne (21.5km). Evidemment, miser sur une cote au grand maximum à 1.3 en vainqueur serait une abbération. C’est pourquoi le jeu du podium semble nettement plus intéressant.

Un podium ouvert ?

Lorsqu’on parle de chronos par équipe, on parle évidemment de la Ineos (champion de la régularité sur les Grands Tours) et de la Deceuninck Quick Step (championne du monde). Cependant sur cette Vuelta, il manque les gros moteurs qui ont fait la réussite de ses équipes en la matière. Les deux structures gardent une homogénéité certaine mais perdent en puissance en se privant de leur meilleurs éléments dans l’effort solitaire notamment la DQS. Evidemment au jeu des comparaisons, la Ineos a un large ascendant sur les hommes de Lefévère avec Kiryienka, Doull, Stannard et Puccio qui peuvent être pris comme base de grosse “chocho”. Mais encore une fois, malgré Geoghegan Hart et De La Cruz pouvant apporter leur pierre à l’édifice trop d’absences préjudiciables pour aller titiller les Jumbo sur le papier.

Lorsqu’on parle d’une équipe qui a brillé sur les trois grands événements passés, on ne peut mentionner que la Sunweb. Cependant sans Dumoulin, Haga, Kamna, Matthews ou Kragh-Andersen ; l’équipe, à l’instar des autres équipes, a perdu des gros moteurs et sûrement ses meilleurs éléments en matière de chrono pour allee chercher au moins un podium sur l’étape.

Lorsque l’on parle de qualités individuelles, on ne peut que citer les EF Education First. Uran, Craddock, Van Garderen et Martinez en porte étendard. Le majeur problème des E2F est que l’équipe n’est pas assez homogénéisée cette année lorsque les spécialistes de l’effort individuel sont réunis. 8e du TTT de l’UAE, 7e de celui du Tirreno et 6e de celui du Tour, on peut y voir que la pate commence à prendre la forme du moule mais que l’addition des formes individuelles n’a pas encore réussi à transformer le tir en équipe. L’espoir est permis aujourd’hui. D’autant que les hommes en rose était en 4e position à seulement 2″ du podium au premier intermédiaire du chrono du Tour de France avant de s’écraser sur la fin. L’absence de Phinney ou Scully peut être préjudiciable pour jouer la victoire mais l’équipe dispose de gros poids lourds qui peuvent porter l’équipe vers le haut.

L’équipe passant sous les radars est sûrement la CCC, une équipe de poids lourds : 72kg62 pour 1m83 de moyenne. Porté par le spécialiste Bevin, le gros avantage de la CCC est le matériel. Evidemment, l’absence de coureurs comme Rosskopf est préjudiciable sur un tel chrono. Individuellement, certains coureurs comme Van Hooydonck ont montré de belles choses individuellement (2e à Grimbergen) mais aussi Barta 8e a Genève. De la Parte se porte bien dans l’exercice sans y être impérial. L’équipe est homogène, ce qui est un bon poids. Une possible surprise tout comme la Groupama-FDJ qui vient avec une belle armée de spécialiste : Thomas, Ludvigsson, Seigle, Armirail et même Sarreau qui a fait ses gammes sur piste notamment dans la poursuite par équipe.

Les autres équipes sont “trop légères” pour espérer concurrence les cadors de la discipline à l’image de la Mitchelton équipe spécialiste qui compose sans ses hommes forts dans l’effort individuel et vois le poids majeur de son équipe réduit donc tourné vers la montagne : 67kg.

Pronostics Etape 1 de la Vuelta 2019

⭐ Ineos podium : 2 (Betclic)

½⭐E2F podium : 2.75 (Betclic)

Si le pari se présente à certains : Tony Martin premier leader semble une belle option.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Auteur de l'Article

Suivez nous sur facebook

pulvinar dolor. Curabitur Praesent id Phasellus massa elit. Aenean vulputate, ut
REJOINS +4500 PARIEURS GRATUITEMENT 👉
REJOINDRE LE GROUPE 💭