Preview Etape 10 – Vuelta 2019

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

En regardant le profil officiel, on pourrait penser que le chrono de demain sera une affaire de grosses cuisses. Mais le contre-la-montre de Pau du dernier Tour de France, nous a démontré le contraire en plaçant six leaders du Général dans les sept premiers.

Veloviewer rend une réalité plus conforme du vignoble jurançonnais

La comparaison est donc forte entre les deux chronos casse-pattes. Cependant quelques différences notables sont à noter. Notamment dans la première partie du parcours. La construction globale étant la même : une partie valonnée suivie qu’une partie full gas.

D’abord, il ne faudra guère attendre longtemps pour entamer la première difficulté : la côte de Beauvallon après 1 km seulement (2km à 7.8% avec un maximum à 15.7%). Ce qui implique qu’il faut être extrêmement échauffé et ne pas se mettre dans le rouge dès le départ.

Ensuite, le Tour des Coteaux de Jurançon dans sa globalité est un mix de petites descentes et de relances courtes mais raides et comprend en sa dernière partie, la crète de la Chapelle de Rousse longue de 4.9km à 0% (passage situé entre le km8.2 et le km13). Ce qui démontre le caractère valonné où les descentes sont aussi conséquentes que les montées. Ce qui implique que les coureurs seront toujours à la relance.

Puis la descente courte, rapide et technique menant à la seconde grosse difficulté du jour. Une descente de 2km à -6% comprenant deux virages à 180°C sur des routes étroites sans grande visibilité comme sur la majeure partie du parcours.

Après, la côte de l’Eglise ou la côte de l’Eglise ou côte de Saint-Faust (1.8km à 5.7%) avec un pic à 13%. Cependant, ce lève-cul n’est rien comparé la première difficulté. Il fera juste perdre un peu de temps à ceux qui se seront mis dans le rouge et commenceront à exploser à ce moment du parcours où les coureurs auront parcouru 21km.

La descente qui suit est moins piégeuse que la première. Plus longue (3km), moins raide (-4.8%) et surtout sur des routes plus large. Ce qui permettra de partir moins à la faute même dans la partie la plus technique.

Enfin la dernière partie menant à Pau est l’endroit idéal pour envoyer la braquasse. Reste une dernière partie montante menant à l’arrivée mais largement moins raide que la Rue Mulot et ses 17%. Les 600m de l’Avenue du 18e Régiment d’Infanterie précèderont les 600 derniers mètres plats. Avec 3.7% et un maxi à 8.4%, cela ne devrait pas freiner les gros engins.

Les spécialistes auront un terrain légèrement plus favorable que le chrono de Pau du Tour mais pour gagner, il sera faudra allier bonne capacité dans les chronos difficiles donc vallonnés, des bonnes qualités de descendeurs et de la puissance sur les parties plates. C’est pourquoi, Roglic est le favori numéro 1 et de loin. Vainqueur de deux des trois chronos du Giro, il est la bête noire aujourd’hui. Sauf incident, le slovène devrait être le vainqueur clair, net et sans bavure. Cependant, à sa cote actuelle est-ce un raisonnable de le prendre ? Un accident ou incident étant impossible à prévoir. La réponse semble toute faite de savoir si la victoire est un pari à prendre :

Reste donc les deux dernières places sur le podium à aller chercher où les cotes sont outrement plus intéressantes tant le podium est ouvert entre spécialistes et hommes du GC.

Et il conviendra de suite d’éliminer des hommes comme Tony Martin, qui n’ont pas un terrain à leur convenance et feront un chrono en dedans comme ce fut le cas sur le TDF.

Nelson Oliviera est le candidat parfait à ce podium. 11e de ce chrono, il a longtemps figuré dans le Top 5 au première intermédiaire avant de redescendre en 16e meilleur temps. Mais c’est bien sur la partie roulante qu’il a remonté au classement. Les coureurs du GC étant moins puissant que lui sur le plat. 5e du chrono d’Innsbruck, 4e à Bergen, 3e du chrono du Tour 2016 derrière Dumoulin et Froome, il n’est jamais aussi bon que lorsque les chronos sont compliqués. On pourrait penser qu’il serait mis au repos sur ce chrono pour aider Quintana et Valverde. Mais ne l’étant pas mis sur le Tour, il est fort à parier que pour donner des indications à ses leaders, il soit mis à contribution et le fasse à fond.

Départ : 15h24

Thomas de Gendt pourrait être un homme à observer tant il a impressionné cette année. 3e du chrono de clotûre du Giro, 3e du chrono du Tour aussi à Pau en menant au temps jusqu’aux deux derniers coureurs, il semblait presque imbattable. Cependant, il faut prendre en considération que l’on ne l’a toujours pas vu à l’avant sur des étapes qu’il jugeait pour l’échappée. Paye-t-il sûrement l’enchaînement des trois Grands Tours. Il a d’ailleurs déclaré il y a de cela un peu plus de deux heures renoncer au mondial parce que “ces derniers jours, j’ai constaté que mon état de forme déclinait“.

Départ : 15h27

Plusieurs équipes n’ont plus rien à jouer hormis les étapes et des spécialistes polyvalents peuvent briller. C’est le cas de Vasil Kiryienka pour la Ineos, Daniel Martinez pour la EF mais aussi Patrick Bevin pour la CCC qui est sans doute l’un des spécialistes les plus consistents cette année. Cependant, si la régularité est présente, la plus ou moins difficulté du parcours pourrait lui coûter le podium.

Départ de Kiryienka : 13h56

Départ de Martinez : 16h05

Départ de Bevin : 15h22

Comme il ne faut pas se désintéresser du GC, il convient de chercher les plus polyvalents. Pogacar semble être de cette mesure mais j’espère plutôt un Top10/Top5 qu’un Top3. Il est cependant un spécialiste des efforts individuels bien que ses chronos soient décevants depuis deux ans et sa deuxième place derrière Froome à Logroño. Il ne s’agit que de Le chrono de Pau sur le Tour n’est pas à prendre en considération. 43e me direz-vous mais il était leader de substitution à Dumoulin et insuffisamment remis de sa fracture de la clavicule et d’une vertèbre cervicale en mars. 9e du Général, la forme semble retrouvé. La Sunweb a l’un des meilleurs matériels au monde à lui de faire parler la poudre.

Départ : 16h29

Pronostics de l’Etape 10 de la Vuelta

⭐ Oliviera podium : 2.55 (Unibet)

½⭐Kelderman podium : 11 (Unibet)

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Auteur de l'Article

Suivez nous sur facebook

felis non ut tempus lectus sed leo. fringilla ut consectetur nunc Phasellus
REJOINS +4500 PARIEURS GRATUITEMENT 👉
REJOINDRE LE GROUPE 💭