Le club londonien a communiqué ce matin même sur son compte Twitter. L’éternel coach français des Gunners quittera le club en fin de saison soit un an avant la fin de son contrat.

Voici la réaction du français après cette annonce :

« Après mûre réflexion et après des discussions avec le club, j’estime qu’il est temps pour moi de démissionner à la fin de la saison. Je suis reconnaissant d’avoir eu le privilège de servir le club durant tant d’années mémorables. J’ai dirigé le club avec un engagement et une intégrité absolue. »

Arsenal et Arsene Wenger ce sera terminé à la fin de la saison. Après 22 années de bons et loyaux services, le coach français démissionne. Revenons sur son parcours londonien.

 

Le Japon et la France avant la gloire Anglaise :

Avant d’entraîner Arsenal, Arsene Wenger a entraîné 3 ans l’AS Nancy Lorraine, puis 7 ans l’AS Monaco et enfin 2 saisons à Nagoya Grampus au Japon. Durant ces 12 années passées à la tête de trois clubs différents, Arsene Wenger remportera 1 titre de champion (Monaco 1988) une coupe de France (Monaco 1991) une coupe de l’empereur et une Supercoupe du Japon en 1995 et 1996.

Des débuts en Angleterre plus que prometteurs :

Arrivé en septembre 1996, Arsene Wenger est le seul coach étranger à entraîner une équipe du championnat. Pour sa première saison, il fini 3ème du championnat, une belle réussite pour ses débuts. La saison suivante (1997-1998) Arsene Wenger emmène Arsenal au sommet de l’Angleterre. Cette saison est la première saison complète à la tête d’Arsenal. Avec un titre pour la 100ème saison disputée par le club, un succès en FA CUP et une demi-finale en Football League CUP, Wenger remporte deux trophées lors de sa deuxième saison.

Une gestion de club inédite :

Wenger est un entraîneur qui a révolutionné le football anglais. Ce dernier avait toujours un œil sur les comptes du club (diplôme d’économie en poche) et préférait faire jouer des jeunes plutôt que de dépenser des sommes importantes sur le marché des transferts. C’est d’ailleurs lui qui a lancé Henry, Petit, Weah et tant d’autre lorsqu’il était à la tête de l’AS Monaco.

Retour sur son palmarès :

Trois fois champion d’Angleterre en 1998, 2002 et 2004, vainqueur de la coupe d’Angleterre en 1998, 2002, 2003, 2005, 2014, 2015 et 2017, vainqueur du Community Shield en 1998, 1999, 2002, 2004, 2014, 2015 et 2017 et finaliste de l’Europa League et de la Ligue des Champions en 2000 et 2006 (respectivement). Soit 17 trophées en 22 saisons. Son bilan à la tête des Gunners est plus que correct, avec 684 victoires, 256 matchs nul et 235 défaites toutes compétitions confondues (données au 20 avril 2018).

Des distinctions et des records :

En 1999, après un ballon sorti en touche par le gardien de Sheffield pour qu’un coéquipier sorte, les Gunners inscrivent un but au lieu de rendre le ballon. Nettement critiqués, les Gunners s’imposent dans ce match. Mais Wenger ne voit pas les choses de la même façon, il va demander à rejouer le match, chose qui sera faite avec une victoire des Gunners 2 buts à 1.

Grace à sa gestion économique plus que discutable, Wenger permet aux supporters et au club la construction de l’Emirates Stadium, venant remplacer le stade de Highbury.

Arsene Wenger est le premier coach à aligner une équipe avec aucun joueur anglais, remplaçant compris. Le 14 février 2005, face à Crystal Palace (victoire 5-1), Wenger n’aligne aucun joueur anglais, ce qui est une première dans le championnat. Avec 6 joueurs français alignés, cette composition d’équipe a fait débat pendant un certain temps.

La saison 2003-2004 est une saison record pour Wenger et pour Arsenal. En effet, cette saison le club londonien remporte le championnat sans concéder la moindre défaite. Une série de 49 matchs sans défaites (36 victoires et 13 nuls), commencé en mai 2003, vaudra aux Gunners le surnom des « invincibles ». Cette série prendra fin face à l’ennemi juré de Wenger (Sir Alex Ferguson) le 24 octobre 2004 après une défaite 2-0 sur la pelouse de Manchester United.

Wenger, l’année de trop ?

La saison 2017-2018 est-elle la saison de trop pour le coach français ? En tout cas pour les supporters la réponse est claire. Avec la montée du slogan « Wenger Out », et une actuelle 6ème place, les Gunners, sont en route pour réaliser le pire classement sous l’ère Wenger.

Une sortie par la grande porte ?

Avec une saison en championnat plus que moyenne avec une 6ème place qui se profile (Burnley 7ème est à deux points), Wenger pourrait tout de même sortir par la grande porte. Qualifié pour les demi-finales de l’Europa League, le français peut encore rêver de remporter un titre européen avec les Gunners. Pour cela, ils devront se débarrasser de l’Athletico Madrid pour aller disputer une finale à Lyon.

 

Une page va se tourner pour Arsenal qui va donc devoir composer sans son éternel coach. Certains voient cette fin comme un renouveau pour Arsenal, qui ne pourra qu’être bénéfique, d’autres voient cela comme une fin malheureuse. La fin d’une époque pour le club londonien.

Lorem mi, risus leo ultricies Donec justo felis