Faut-il parier sur les chutes de cotes?

Faut-il parier sur les chutes de cotes? Une question intéressante et qui soulève beaucoup d’interrogation pour le parieur. Certains estiment que s’il y a une chute de cote alors c’est que le pronostic était bon à prendre quelque soit le résultat; gagnant ou perdant. D’autres, pensent que les variations de cotes ne doivent avoir aucune incidence sur la prise d’un pari. Car, le plus important restera l’analyse faites du match en amont et qu’elle ne peut se faire convenablement qu’en ayant tout les éléments à disposition. Alors, comment démêler le vrai du faux?

COMMENT EXPLIQUER LA VARIATION DES COTES?

A- LA MASSE D’ARGENT INJECTÉE SUR LE MARCHÉ

Le facteur principal pour expliquer la variation des cotes sur le marché des paris sportifs est la masse d’argent injectée. Oui, la principale cause de variation des cotes c’est vous!

En effet, le Bookmaker va adapter ses cotes en fonction de votre comportement de parieur. S’il y a une énorme masse d’argent sur un événement sportif donné, alors, le bookmaker réagira en voyant sa cote à la baisse. Logique. Car, le bookmaker cherchera toujours à équilibrer les mises de façon à faire un bénéfice quelque soit le résultat. Il s’assurera, par la même occasion, de prendre une marge nécessaire afin de prendre le moins de risque possible.

Les sommes d’argents engagées par le parieur sont déterminés par l’analyse qu’il fait d’une événement sportif donné. En règle générale, le bookmaker réussit très bien à adapter ses cotes en estimant la masse monétaire qui sera investit sur telle ou telle rencontre sportive. Ne vous y trompez pas, battre le bookmaker est un travail de longue haleine.

Pourtant, dans certains cas, le Bookmaker ne réagira pas ou peu à la masse d’argent déposé par les parieurs. En effet, il va simplement juger que les mises sont irrationnelles en fonction des données statistiques qu’il a en sa possession. Lui aussi, il va prendre son pari.

B- L’INFORMATION QUI VIENT BOULEVERSER LES COTES

Pourtant, il reste des cas dans lesquels ils sont un peu pris de court. Ces situations se présentent lorsqu’un événement de dernières minutes impacte la probabilité du résultat. Et, par conséquent, notre jugement concernant la prise d’un pronostic.

Par exemple, la blessure d’un joueur majeur, la décision d’un match à huit clos, l’éviction d’un entraîneur, une suspension, des problèmes de vestiaire mis à nu dans la presse sportive, etc… L’information est donc primordiale. Votre but sera donc d’être au fait de l’actualité sportive. Pour cela, Twitter est votre ami.

Le Bookmaker réagira en ajustant ses cotes mais vous aurez tout de même une fenêtre de tir. Cela se voit beaucoup en NBA lorsqu’un joueur important du 5 majeur est déclaré absent de dernières minutes. Si, Lebron James se blesse à l’échauffement, il est fort à parier que la cote des Lakers prendra un coup derrière la nuque.

ALORS, FAUT-IL PARIER SUR LES CHUTES DE COTES?

Oui et non… Je m’explique.

A – ANTICIPATION DU MARCHÉ

Anticiper le marché est un bonne chose. Dans le sens où, si vous le faites convenablement vous allez obtenir des cotes à une valeur plus élevé que la cote finale. De ce fait, vous aurez fait ce qu’on appel une bonne affaire. C’est comme si, vous achetiez un objet à bas coût et que celui-ci connaît une forte augmentation de prix par la suite au vu de son succès. Alors, vous vous dîtes que vous êtes gagnant. C’est une très bonne chose lorsque vous avez une bonne analyse de l’événement sportif et que vous avez une profondeur de capital assez importante pour prendre les cotes à l’ouverture du marché en patientant jusqu’au match tant attendu.

Mais avez-vous tout les éléments en votre possession? Comment mesurer la marge d’erreur et d’impondérables pouvant survenir entre la cote d’ouverture de marché et la cote finale? Cette marge d’erreur impacte-t-elle sur la marge gagnée sur votre cote finale? En partant du postulat que, les variations des cotes sont le reflet de la masse monétaire engagés par les parieurs (qui sont pour la grande majorité perdant) sont-elles révélatrice d’un bon pronostic?

B – L’ÉTUDE DE JOSEPH BUCHDAHL

Aussi précises que soient les analyses d’un tipster, l’influence des informations pré-match affectent fortement le marché des paris sportifs. Cela rend très vite l’espérance de gain négative lorsque l’anticipation de marché est importante. Joseph Buchdahl, parieur professionnel et statisticien, s’est intéressé de près à ces variations de cotes. Il remarque que sur près de 400.000 matchs, il est bien plus difficile de prendre des cotes à l’ouverture du marché qu’une cote de clôture qui reflétera véritablement le marché avec une cote dites “juste”. Le juste milieu serai, selon lui, d’anticiper le marché à un intervalle de temps assez large pour dépasser la cote finale mais pas non plus trop étendue pour éviter la marge d’erreur lié aux impondérables.

En fait, pour lui, il existe peu d’occasions d’obtenir une espérance de gain significative selon ce modèle de variation de cote. Seules 6,5% des cotes à l’ouverture du marché donnent des perspectives de bénéfices implicites de plus de 10%.

En d’autres termes, de nombreux parieurs peuvent être encouragés à penser qu’ils arriveront toujours à trouver de la value en anticipant le marché alors qu’en réalité même avec une diminution de cotes: Elles en sont dépourvues. Et cela, en grande partie dû aux impondérables inhérent au sport.

Pour trouver régulièrement de la value, il ne faut donc pas simplement anticiper le marché et penser que la variation d’une cote reste le seul facteur significatif d’un bon bet. Il faut surtout avoir une bonne analyse de la rencontre. Et, pour cela, il faut le maximum d’éléments en sa possession.

CONCLUSION

Inutile d’anticiper le marché des semaines à l’avance à l’ouverture du marché. Vous n’aurez pas tout les éléments pour une analyse sérieuse de la rencontre. Cependant, quelques jours, voir quelques heures avant le début d’une rencontre, là où la fluctuation est la plus importante, suffit à trouver des values bets. Bien entendu, chaque parieur à sa stratégie et nul ne détient la vérité. En ce qui concerne le Club Parieur nous préférons avoir tout les éléments à notre disposition pour parier. C’est pourquoi nous n’anticipons pas le marché des semaines à l’avance. Pour nous, l’analyse compte en premier lieu. Et cette analyse est faites avec tout les éléments à disposition.

1 réflexion au sujet de “Faut-il parier sur les chutes de cotes?”

  1. c’est possible d’etre rentable avec les chutes de cotes, d’ailleurs beaucoup de tipsters arrivent a degager entre 5-10% de roi depuis des années mais il faut etre très actif et fouiller chaque “grosse baisse” sur oddsportal a l’ouverture du marché (24 ou 48H avant le debut du match)

    personne peut etre un expert sur tous les sports, c’est impossible parcontre on peut se fier a l’expertise d’autres parieurs pour degager un benef

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ARTICLE SIMILAIRES

TIPSTER - SITE DE PRONOSTIC

Un site de pronostic fiable?

Un site de pronostic fiable?

Le Club Tipster est un site de pronostic composé de pronostiqueurs expérimentés. Notre équipe partagent chaque jour ses analyses et ses conseils en paris sportifs sur le Football, le Tennis, le Rugby, la NBA, le Cyclisme, l'Athlétisme, les Sport d'hivers, etc...

Une communauté grandissante de parieurs rejoignent chaque jour notre Club pour progresser dans les Paris sportifs et échanger sur notre Tchat de Discussion dans la bonne humeur. Tout cela autour du sport et des Paris Sportifs !

Nous comptons à ce jour plus de 17.000 followers sur les réseaux sociaux.

dolor. Curabitur nec porta. non consectetur felis velit, justo elit. sit fringilla
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer